Maigrir en mangeant : Comment maigrir sans régime
   
   vendredi 31 octobre 2014 Forum pour maigrir
 
 
 Le surpoids et les artères
Comportement alimentaire
Le poids normal
Le surpoids
L'athérosclérose
Nutrition & coeur
Perte de poids & coeur
L'activité physique
Les maladies cardio-vasculaires

  Partager


  Newsletter
Trucs pour maigrir, informations sur la nutrition...

Mon adresse e-mail :





 
 
   


LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES

L'infarctus du myocarde
L'insuffisance cardiaque gauche
L'hypertension artérielle de l'adulte
L'accident vasculaire cérébral
Le diabète non-insulino dépendant
L’augmentation du taux de lipides dans le sang

L'augmentation du taux de lipides dans le sang

- Quelques explications

L’augmentation du taux de lipides (ou encore de graisses) dans le sang est très fréquente (4 à 10%) au sein de la population générale et constitue l'un des principaux facteurs de risque cardiovasculaire car elle entraîne l’apparition de plaques d’athérome au niveau des artères. Bien sûr, l’alimentation participe largement à l’augmentation du taux de lipides dans le sang.

Les lipides sanguins que sont le cholestérol, les triglycérides et les phospholipides sont transportés sous une forme plus hydrosolubles (solubles dans l’eau): les lipo-protéines.

Celles-ci sont constituées d'un noyau central (cholestérol ou triglycérides) et d'une couche plus superficielle de phospholipides, de cholestérol et de protéines dénommées apolipoprotéines. Ces dernières ont un rôle de solubilité dans le plasma, de fixation au récepteur spécifique des lipoprotéines et de régulation enzymatique.

En pathologies, ce sont surtout le cholestérol et un peu moins les triglycérides qui sont responsables de la formation de plaques d’athérome.

Les lipoprotéines appartiennent à 4 catégories qui migrent en électrophorèse selon l'ordre de présentation:

 
Taille
Composition
Rôle
Athérogénicité
Chylomicrons très grosse essentiellement des triglycérides transport des triglycérides de l'intestin vers le foie  
VLDL ou préblipoprotéine grosse triglycérides, cholestérol distribution des triglycérides vers les tissus  
LDL ou blipoprotéine moyenne cholestérol et apoB distribution du cholestérol à toutes les cellules principales particules athérogènes
HDL ou alipoprotéine petite cholestérol et apoA1 et A2 retour du cholestérol en excès vers le foie protectrices

VLDL : Abréviation de « very low density lipoprotein » (lipoproteine de densité très légères) ; LDL : Abréviation de « low density lipoprotein » (lipoprotéines de densité légère) ; HDL : Abréviation de « high density lipoprotein » (lipoproteines de densité lourde).

- Comment établir le diagnostic d'un taux élevé de lipides dans le sang ?

Dans la très grande majorité des cas, c'est le dosage systématique des éléments du bilan lipidique qui affirme le taux élevé de lipides dans le sang. Ces dosages sont réalisés dans le cadre d'un bilan à la recherche de facteurs de risque cardiovasculaire, pour la surveillance d'un traitement susceptible de modifier le bilan lipidique comme une pilule contraceptive...

  • Le prélèvement sanguin doit être réalisé après 12h de jeûne, à distance d'une affection aiguë pouvant modifier le bilan lipidique (viroses dont une hépatite virale, infarctus du myocarde, intervention chirurgicale).

  • Avant d'affirmer un trouble lipidique, le bilan doit être répété 2 ou 3 fois en période métabolique stable. Puis un régime hypocalorique est institué en cas de surpoids. Enfin seulement sera prescrit un régime adapté au trouble lipidique. La dernière phase reste le traitement médicamenteux en cas de persistance d'anomalies, sauf en cas d'urgence cardiovasculaire.

- Le bilan biologique

Dans le dépistage de masse, seuls le cholestérol total et les triglycérides sont dosés. L'aspect du sérum doit être précisé. Dans les autres cas, il faut pratiquer:

- un HDL-cholestérol par précipitation, seule méthode fiable. Le LDL-cholestérol est calculé selon la formule de Friedewald, valable seulement si les triglycérides sont inférieurs à 5g/l (= CT - HDL - triglycérides/5 en g/l)

Différentes catégories de troubles lipidiques peuvent être mises en évidence par les résultats biochimiques, comme en témoigne le tableau ci-dessous :

CATEGORIES
RESULTATS BIOCHIMIQUE
IIb (Hypercholestérolémie mixte) Serum opalescent à jeun
Cholestérol et triglycérides augmentés
IV (Hypertriglycéridémie endogène) Serum trouble à jeun
Cholestérol normal ou modérement élevé et triglycérides augmentés
II a (Hypercholestérolémie pure) Serum clair à jeun
Cholestérol augmenté
Triglycérides normaux
I (hypertriglycéridémie exogène) Sérum lactescent après centrifugation
Cholestérol normal et triglycérides augmentés
V (hypertriglycéridémie endogène et exogène) Cholestérol normal et triglycérides augmentés
III (Dysbetalipoprotéine) Sérum opalescent à jeun
Cholestérol et triglycérides augmentés

Description biochimique des dyslipidémies, par ordre de fréquence.

Ce sont surtout les dyslipidémies de types IIa et IIb qui sont responsables de l’apparition de plaques d’athérome.

- Evaluation du risque cardiovasculaire global et valeur cible du taux de cholestérol

Les médecins basent leur raisonnement et leur traitement essentiellement sur le dosage du LDL-Cholestérol, qui représente les lipides les plus responsables de la formation de plaques d’athérome.

En effet, de très nombreuses études médicales ont fait apparaître que le dosage du LDL-Cholestérol était le mieux corrélé à la survenue d’accidents cardiovasculaires.

Les facteurs de risque cardiovasculaire à prendre en compte sont les suivants:

- Age : Homme de 50 ans ou plus, femme de 60 ans ou plus.

- Antécédents familiaux de maladies coronaires précoces :

Infarctus du myocarde ou mort subite avant 55 ans chez le père ou chez un parent du premier degré de sexe masculin.

Infarctus du myocarde ou mort subite avant l’age de 65 ans chez la mère ou chez un parent du premier degré de sexe féminin.

  • Tabagisme actuel ou arrêté depuis moins de 3 ans.
  • Hypertension artérielle permanente, traitée ou non.
  • Diabète non insulino-dépendant traité ou non.
  • HDL-cholestérol < 0,4 g/l quel que soit le sexe.

- Facteur protecteur

HDL-cholestérol > 0,6 g/l :  soustraire alors "un risque" au score de niveau de risque

Ainsi, les valeurs dites de normalité du LDL-Cholestérol et la conduite à tenir sont détaillées ci-dessous:

Catégories de patients
Objectifs du LDL-cholestérol
Absence de facteur de risque cardiovasculaire
< 2,2 g/l
Présence d’un facteur de risque cardiovasculaire
< 1,9 g/l
Présence de 2 facteurs de risque cardiovasculaire
< 1,6 g/l
Présence de plus de 2 facteurs de risque cardiovasculaire
< 1,3 g/l
Antécédents de maladie cardiovasculaire
< 1 /l

Tableau : Objectifs thérapeutiques à atteindre en cas de dyslipidémie, en fonction du niveau de risque cardiovasculaire (selon les recommandations de l’AFFSAPS de mars 2005).

- Les 3 catégories de patients pour lesquels le taux de LDL-cholestérol doit être inférieur à 1 g/l

1 - Les patients ayants des antécédents:

De maladie coronaire avérée (angine de poitrine stable et instable, revascularisation d’une ou plusieurs artères coronaires, infarctus du myocarde),

De maladie vasculaire avérée (accident vasculaire cérébral ischémique, artériopathie périphérique).

2 - Les patients ayant un diabète non insulino-dépendant, sans antécédent vasculaire mais ayant un haut risque cardiovasculaire défini par:

- Une atteinte rénale

- Age: Homme de 50 ans ou plus, femme de 60 ans ou plus.

- Antécédents familiaux de maladies coronaires précoces:

Infarctus du myocarde ou mort subite avant 55 ans chez le père ou chez un parent du premier degré de sexe masculin.

Infarctus du myocarde ou mort subite avant l’age de 65 ans chez la mère ou chez un parent du premier degré de sexe féminin.

- Tabagisme actuel ou arrêté depuis moins de 3 ans

- Hypertension artérielle permanente, traitée ou non

- HDL-cholestérol < 0,4 g/l quel que soit le sexe

3 - Les patients ayant un risque supérieur à 20% de faire un événement coronarien dans les 10 ans (risque calculé à partir d’une équation de risque).

Le diabète non-insulino dépendant
 
  Le saviez-vous ?
Les graisses les plus bénéfiques pour la santé sont les mono-insaturées et poly-insaturées, les graisses saturées devant donc être évitées car elles augmentent le taux de mauvais cholestérol. Or, l’alimentation moderne comporte de nombreuses graisses saturées, un faible taux d’oméga-3 au détriment d’un taux plus important d’oméga-6.
Les graisses
  Autres sites santé
Medinfos.com
Plus de 200 fiches
médicales en ligne.

e-Cardiologie.com
Toute la cardiologie expliquée et illustrée.

Hypertension
Site complet sur
l'hypertension artérielle.



      Dernière modification : 27 novembre 2011        
      © 2014 Viviali     Pourquoi ce site?     Charte éthique     Contact     Notice légale