Maigrir en mangeant : Comment maigrir sans régime
   
   jeudi 21 novembre 2019
 
 
 Le surpoids et les artères
Comportement alimentaire
Le poids normal
Le surpoids
L'athérosclérose
Nutrition & coeur
Perte de poids & coeur
- Introduction
- Effets cliniques
L'activité physique
Les maladies cardio-vasculaires

  Partager


 
 
   


PERTE DE POIDS & COEUR : EFFETS DE LA PERTE DE POIDS SUR LE SYSTEME CARDIOVASCULAIRE

Effets cliniques les plus importants

- Effets sur l’insuline et le diabète

La perte de poids induit une augmentation de la sensibilité à l’insuline, ce qui provoque donc un abaissement du taux de sucre dans le sang.

Ainsi, a réduction du poids permet de prévenir la survenue d’un diabète dans plus de 50% des cas.

Chez certains patients diabétiques avant le régime, la perte de poids permet de contrôler les chiffres de glycémie et parfois, dans des cas extrêmes, entraîne une guérison temporaire du diabète.

- Effet sur le taux de cholestérol dans le sang

La perte de poids entraîne une baisse du taux de mauvais cholestérol dans le sang (le LDL-cholestérol) ainsi que des triglycérides. Parallèlement, le taux de bon cholestérol augmente.

Cette baisse du taux de mauvais cholestérol intervient dans les deux mois qui suivent la perte de poids et nécessite un maintient de perte de poids d’au moins 10% par rapport au poids initial pour être efficace dans le temps.

- Effet sur l’hypertension artérielle

La perte de poids entraîne une baisse de la pression artérielle systolique (la maximale) et diastolique (la minimale), proportionnelle au nombre de kilos perdus.

La perte de poids apparaît comme très intéressante pour prévenir la survenue d’une hypertension artérielle.

- Effet sur l’inflammation

Pour mémoire, l’existence d’une inflammation chronique dans le sang participe à la genèse de l’athérome (dont le résultat est la présence de plaques dans les artères) et à une résistance naturelle à l’insuline.

Or, de nombreuses études ont montré que la perte de poids était associée à une baisse de l’inflammation dans le sang.

Cette réduction de l’inflammation dans le sang est directement proportionnelle à la perte de poids et à la diminution de la masse graisseuse, en particulier au niveau des viscères. De plus, les gens qui bénéficient le plus de cet effet « anti-inflammatoire » de la perte de poids sont ceux qui ont initialement une résistance à l’insuline.

- Effet sur le système nerveux autonome, impliqué dans le système cardiovasculaire

La perte de poids est responsable d’une augmentation de l’activité du système nerveux para-sympathique, qui induit une diminution de la fréquence cardiaque et protège par conséquent le cœur et les artères.

De plus, une baisse de la fréquence cardiaque entraîne une baisse significative de la pression artérielle.

- Effet sur les maladies cardiovasculaires

Le surpoids et l’obésité sont largement responsables de l’apparition de maladies cardiovasculaires et contribuent nettement à la mortalité cardiovasculaire.

Ainsi, une personne qui a un indice de masse corporelle > 35kg/m² a deux à trois fois plus de risque cardiovasculaire qu’une personne ayant un indice de masse corporelle inférieur à 25 kg/m². De même, un adolescent en surpoids a un risque de mortalité cardiovasculaire multiplié par 130% à l’âge adulte, par rapport à un individu qui ne présente par de surpoids.

Introduction
 
  Le saviez-vous ?
Les graisses les plus bénéfiques pour la santé sont les mono-insaturées et poly-insaturées, les graisses saturées devant donc être évitées car elles augmentent le taux de mauvais cholestérol. Or, l’alimentation moderne comporte de nombreuses graisses saturées, un faible taux d’oméga-3 au détriment d’un taux plus important d’oméga-6.
Les graisses
  Autres sites santé
Medinfos.com
Plus de 200 fiches
médicales en ligne.

e-Cardiologie.com
Toute la cardiologie expliquée et illustrée.

Hypertension
Site complet sur
l'hypertension artérielle.



      Dernière modification : 20 mars 2015        
      © 2019 PL HL     Pourquoi ce site?     Charte éthique     Contact     Notice légale